Skip to main content

De nouveaux biomarqueurs de l’exposition aux fumonisines chez le poulet ?

By 5 avril 2024juin 10th, 2024Myco’News, Animal Care
Reading Time: 3 minutes

La toxicité des fumonisines (FUM) est associée au blocage des céramide synthases (CerS), qui affecte l’équilibre des sphingolipides comme la sphinganine (Sa) et la sphingosine (So) dans les cellules. Tandis que Sa s’accumule dans les cellules, le niveau de So est compensé, affectant ainsi le ratio Sa:So qui est utilisé comme biomarqueur de l’exposition aux fumonisines chez de nombreuses espèces.

Cependant, les mécanismes compensatoires pour maintenir le niveau de céramides dans les cellules rendent non pertinente l’utilisation de ce biomarqueur dans certaines études (en fonction du niveau et de la durée d’exposition). Justement, dans cette étude, le ratio Sa:So n’a pas été significativement affecté dans le plasma des poulets exposés aux fumonisines.

Toutefois, une analyse complète des différentes classes de sphingolipides a révélé que le ratio des formes phosphatées de Sa et So (Sa1P:So1P) était significativement augmenté par l’administration de fumonisines. Ce résultat est cohérent avec des résultats précédents suggérant que le ratio Sa1P:So1P est un meilleur biomarqueur de l’exposition aux fumonisines dans le plasma que le ratio Sa:So. Des effets similaires des fumonisines ont été observés en fonction de la taille de la chaîne carbonée des céramides.

Une augmentation significative du ratio C22-C24:C16 a été observée dans le plasma. Bien que les mécanismes à l’origine de ces effets ne soient pas encore compris, ce résultat suggère que les ratios des sphingolipides C22-C24:C16, en conjonction avec le ratio Sa1P:So1P, pourraient être de bons candidats pour révéler l’exposition aux fumonisines dans le plasma de poulet, à des doses n’ayant eu aucun effet sur le ratio Sa :So.

Figure : Analyses discriminantes (PLS-DA) des sphingolipides dans le plasma de poulets nourris avec un régime témoin exempt de mycotoxines ou contenant environ 15 mg de FUM/kg pendant 14 ou 21 jours.

Référence : Lassallette E., Nyvall-Collen P., Guerre P., Targeted sphingolipidomics indicates increased C22-C24:16 ratios of virtually all assayed classes in liver, kidney, and plasma of fumonisin-fed chickens. Ecotoxicology and Environmental Safety 268 (2023) 115697. https://doi.org/10.1016/j.ecoenv.2023.115697 

Vous êtes intéressé par les travaux de cette équipe de recherche sur les effets des fumonisines chez le poulet ? Jetez un coup d’œil à leur étude précédente sur l’accumulation de FUM dans le foie et les muscles du poulet, et sur la façon dont la technologie Algoclay d’Olmix peut la réduire.